Lors des élections en Irak, peu de choses devraient changer : NPR

[ad_1]

Des partisans de l’Alliance irakienne Al-Fateh lors d’un rassemblement à Bagdad jeudi avant les élections législatives de dimanche.

Hadi Mizban/AP


masquer la légende

basculer la légende

Hadi Mizban/AP


Des partisans de l’Alliance irakienne Al-Fateh lors d’un rassemblement à Bagdad jeudi avant les élections législatives de dimanche.

Hadi Mizban/AP

BAGDAD — En 2019, des milliers d’Irakiens ont commencé à participer à d’énormes manifestations pour exiger le changement. Ils ont appelé à la fin de la corruption endémique qui siphonne les richesses pétrolières de leur pays, à de meilleurs services publics comme l’eau et l’électricité fiables, et à une plus grande voix au sein d’un gouvernement.

Le mouvement de protestation a chassé Adil Abdul-Mahdi, alors Premier ministre, en mai 2020, et déclenché de nouvelles élections. Dimanche, les électeurs irakiens se rendront aux urnes pour élire un nouveau parlement pour la cinquième fois depuis que le dictateur de longue date Saddam Hussein a été évincé après l’invasion américaine en 2003.

Mais de nombreux Irakiens disent qu’ils ne voient aucune raison de voter. Les partis actuels au pouvoir – dont beaucoup sont soutenus par des milices impliquées dans des attaques qui ont tué quelque 600 manifestants – sont sur le point de dominer à nouveau, selon les analystes politiques. Les jeunes Irakiens disent qu’ils ne voient pas d’avenir pour eux-mêmes dans leur pays.

Des gens se tiennent au coin d’une rue dans un quartier pauvre de Bagdad appelé Basateen. Après l’invasion américaine en 2003, Washington a soutenu la mise en place d’une structure gouvernementale en Irak conçue pour partager le pouvoir entre les différentes sectes religieuses du pays. Mais cela a renforcé le favoritisme et l’inefficacité du gouvernement, ainsi qu’une détérioration de la qualité de vie des citoyens irakiens.

Ruth Sherlock/NPR


masquer la légende

basculer la légende

Ruth Sherlock/NPR


Des gens se tiennent au coin d’une rue dans un quartier pauvre de Bagdad appelé Basateen. Après l’invasion américaine en 2003, Washington a soutenu la mise en place d’une structure gouvernementale en Irak conçue pour partager le pouvoir entre les différentes sectes religieuses du pays. Mais cela a renforcé le favoritisme et l’inefficacité du gouvernement, ainsi qu’une détérioration de la qualité de vie des citoyens irakiens.

Ruth Sherlock/NPR

Alors que certains manifestants contestent l’élection en tant que candidats, de nombreux autres ont appelé au boycott du vote. Le résultat final des élections sera façonné par des acteurs puissants, notamment les dirigeants sectaires du pays, l’Iran et les États-Unis

Voici un aperçu du vote et des questions clés.

Les partis désormais au pouvoir devraient garder le dessus

Après des années passées à voir les partis politiques existants échouer à assurer une gouvernance efficace, le taux de participation de dimanche sera un test de la confiance des électeurs dans le système politique irakien. Selon la commission électorale irakienne, il y a plus de 25 millions d’électeurs inscrits. Il y a plus de 3 200 candidats pour 329 sièges au parlement. Les nouveaux parlementaires choisiront le prochain Premier ministre, un poste actuellement occupé par Mustafa al-Kadhimi.

Une nouvelle loi électorale permet aux Irakiens de voter pour des candidats spécifiques au lieu de larges listes de partis. Il vise à responsabiliser les politiciens et à redynamiser un processus électoral qui souffre de plus en plus de l’apathie et de la fraude des électeurs.

Un problème majeur, cependant, est que la plupart des partis politiques nouvellement créés ou des candidats indépendants n’ont pas les mêmes fonds ou le même pouvoir d’organisation que les grands partis établis. De plus, certains nouveaux candidats affirment que leur capacité à faire campagne a été entravée par des menaces et même des tentatives d’assassinat. On ne s’attend donc pas à ce que ces candidats remportent de nombreux sièges, et les partis existants sont susceptibles de recueillir la plus grande part des voix.

Parmi la population chiite majoritaire d’Irak, le Mouvement sadriste dirigé par le religieux populaire Moqtada al-Sadr rivalisera pour les votes avec Al-Fateh, une alliance de partis politiques – dont beaucoup sont liés à des milices – qui sont influencés par l’Iran.

Les politiciens des régions à majorité sunnite ont fait campagne en promettant d’aider à reconstruire les nombreuses régions qui ont été détruites pendant les années de lutte de l’Irak contre l’EI. Le parti du président du Parlement Mohammed al-Halbousi, est parmi les plus populaires dans ces régions, bien qu’il soit contesté par l’homme d’affaires Khamis Khanjar, qui y a massivement investi.

Le candidat aux élections Taghrid Mohammed Alkhazali traverse une rue remplie d’eaux usées mélangées à des eaux usées dans un bidonville de Bagdad. Elle appartient à un nouveau parti politique qui se présente sur une plate-forme promouvant de meilleurs services publics pour les Irakiens.

Ruth Sherlock/NPR


masquer la légende

basculer la légende

Ruth Sherlock/NPR


Le candidat aux élections Taghrid Mohammed Alkhazali traverse une rue remplie d’eaux usées mélangées à des eaux usées dans un bidonville de Bagdad. Elle appartient à un nouveau parti politique qui se présente sur une plate-forme promouvant de meilleurs services publics pour les Irakiens.

Ruth Sherlock/NPR

Dans la région kurde d’Irak, avec une population d’environ 5 millions d’habitants, le Parti démocratique du Kurdistan du Premier ministre de cette région, Masrour Barzani, est devrait prévaloir.

De nombreux Irakiens accusent les États-Unis des problèmes de gouvernance de leur pays

Les partis politiques irakiens soutenus par l’Iran ont appelé les troupes américaines à quitter l’Irak – c’est un élément central de leurs campagnes électorales. Les tensions entre les États-Unis et l’Iran se sont intensifiées en janvier 2020, après que les États-Unis ont tué un haut commandant militaire iranien, le général Qassem Suleimani, lors d’une frappe de drone à Bagdad.

Washington a déclaré que la mission de combat américaine en Irak se terminerait d’ici la fin de l’année, mais que les États-Unis continueraient de former et de conseiller l’armée irakienne. Dans la pratique, le nombre de soldats américains devrait rester similaire, bien que les quelque 2 500 soldats américains présents dans le pays soient probablement moins visibles.

Les candidats politiques indépendants ou nouveaux n’ont pas les mêmes fonds et le même pouvoir d’organisation dont jouissent les grands partis politiques établis. Avec très peu de fonds, les volontaires du candidat Taghrid Mohammed Alkhazali ne peuvent se permettre que d’imprimer et d’installer de petites affiches de campagne. Ils font partie d’un nouveau groupe politique dont le nom se traduit par “Je prends mes droits”.

Ruth Sherlock/NPR


masquer la légende

basculer la légende

Ruth Sherlock/NPR


Les candidats politiques indépendants ou nouveaux n’ont pas les mêmes fonds et le même pouvoir d’organisation dont jouissent les grands partis politiques établis. Avec très peu de fonds, les volontaires du candidat Taghrid Mohammed Alkhazali ne peuvent se permettre que d’imprimer et d’installer de petites affiches de campagne. Ils font partie d’un nouveau groupe politique dont le nom se traduit par “Je prends mes droits”.

Ruth Sherlock/NPR

Les critiques disent que les États-Unis partagent une part de responsabilité dans l’échec de la gouvernance en Irak. Après l’invasion de 2003, le Conseil de gouvernement irakien soutenu par les États-Unis a établi un système de la répartition sectaire, qui se poursuit encore aujourd’hui. Ce système de quotas divise les rôles ministériels et les ministères et leurs ressources entre les partis ethno-sectaires. Le pays étant en proie à une sanglante guerre civile sectaire, cela visait à garantir que les différents groupes ethniques et sectes religieuses aient une représentation politique.

La colère croissante contre ce système, connu sous le nom de muhasasa, a été l’une des causes des protestations populaires qui ont commencé en 2019. C’est largement vu comme l’une des principales raisons des problèmes de gouvernance en Irak aujourd’hui. Cela a conduit à une impasse au Parlement et s’est prêté à une corruption et à un favoritisme généralisés, alors que les partis politiques détournent les fonds de l’État pour payer leurs partisans ou réserver des emplois aux loyalistes.

Les résultats seront longs à connaître

Le vote sera probablement suivi de mois de négociations entre les principaux acteurs. On s’attend à ce qu’aucun parti n’obtienne la majorité absolue et que l’élection soit suivie d’un long processus de négociation, alors que les partis forment des coalitions et se partagent le contrôle des ministères. Cela pourrait prendre des mois.

Najiha Daher balaie les eaux usées et les eaux usées loin de la porte de son épicerie dans un bidonville de Bagdad. La corruption et les dysfonctionnements au sein du gouvernement ont laissé aux Irakiens des services publics en ruine, dans un pays riche en pétrole.

Ruth Sherlock/NPR


masquer la légende

basculer la légende

Ruth Sherlock/NPR


Najiha Daher balaie les eaux usées et les eaux usées loin de la porte de son épicerie dans un bidonville de Bagdad. La corruption et les dysfonctionnements au sein du gouvernement ont laissé aux Irakiens des services publics en ruine, dans un pays riche en pétrole.

Ruth Sherlock/NPR

Les États-Unis et l’Iran auront probablement un rôle à jouer dans l’élaboration du résultat final. Dans le passé, ces pays ont essentiellement signé un choix de premier ministre acceptable pour les deux.

Washington et Téhéran ont tous deux intérêt à ce que les partis politiques établis continuent d’exercer le pouvoir dans le cadre du système politique existant.

Pour les États-Unis, le maintien du statu quo est plus sûr qu’improbable et aidera à éviter toute nouvelle crise potentielle pour la Maison Blanche du président Biden après le retrait chaotique des États-Unis d’Afghanistan. Cela permet également aux États-Unis de maintenir des troupes américaines dans le pays sous une forme ou une autre et de continuer à avoir de l’influence dans un pays d’importance stratégique au Moyen-Orient.

Pendant ce temps, l’influence de l’Iran au sein du gouvernement irakien s’est accrue et Téhéran a renforcé le pouvoir des milices irakiennes qu’il soutient.

Mais maintenir le statu quo est en contradiction avec ce que souhaitent de nombreux Irakiens. Ils ont soif de changements qu’ils espèrent apporter une meilleure qualité de vie.

De nombreux manifestants qui ont risqué leur vie pour organiser ces élections disent maintenant qu’ils les boycotteront, estimant qu’ils n’apporteront que peu de changements réels. Ils disent qu’ils continueront à faire pression pour la réforme par le biais de manifestations – et non via le scrutin de dimanche.

Mohammed al-Temimi (à gauche) et Ayoub al-Rubaie ont participé aux manifestations de 2019 qui ont contribué à stimuler les élections législatives de dimanche et la nouvelle réforme électorale. Maintenant, ils font partie des nombreux manifestants appelant au boycott des élections.

Ruth Sherlock/NPR


masquer la légende

basculer la légende

Ruth Sherlock/NPR


Mohammed al-Temimi (à gauche) et Ayoub al-Rubaie ont participé aux manifestations de 2019 qui ont contribué à stimuler les élections législatives de dimanche et la nouvelle réforme électorale. Maintenant, ils font partie des nombreux manifestants appelant au boycott des élections.

Ruth Sherlock/NPR

[ad_2]

Source Link

Please follow and like us: