Les vaccins contre le coronavirus empêchent-ils la transmission du virus ? | Note du médecin


Il est établi depuis longtemps que les vaccins COVID-19 réduisent le risque de maladie grave et d’hospitalisation. Mais jusqu’à récemment, il y avait un point d’interrogation quant à savoir s’ils réduisaient la transmission du virus.

C’est une question importante et autour de laquelle se sont construites les politiques de santé publique. Le Royaume-Uni, par exemple, a mandaté les vaccins COVID pour tout le personnel des services sociaux afin de protéger les personnes vulnérables dont ils s’occupent ; ils sont prêts à faire de même pour le personnel du NHS. Et en Italie, à partir du 15 octobre, les travailleurs devront présenter à leur employeur une preuve de vaccination, un test COVID négatif ou une guérison d’une infection récente. Toute personne incapable de le faire risque d’être suspendue de son travail sans salaire. D’autres pays adoptent des mesures similaires.

Mais les vaccins limitent-ils réellement la propagation du virus ?

UNE grande étude, pas encore évalué par des pairs, dirigé par une équipe de l’Université d’Oxford et s’intéressant spécifiquement à la variante Delta, a montré que les vaccins Pfizer et AstraZeneca réduisent effectivement la transmission de la maladie. L’étude a examiné près de 150 000 contacts qui ont été retracés à partir de près de 100 000 cas initiaux de COVID. Les premiers cas positifs au COVID contenaient un mélange de personnes vaccinées et non vaccinées et l’objectif n’était pas seulement de voir quels groupes étaient les plus susceptibles de transmettre le virus, mais aussi lesquels des vaccins Pfizer ou AstraZeneca étaient les plus efficaces pour réduire la transmission.

Ceux qui sont vaccinés auront un système immunitaire amorcé qui reconnaîtra le coronavirus beaucoup plus rapidement et pourra en débarrasser leur corps plus rapidement que ceux qui ne sont pas vaccinés.

Les résultats ont montré que les deux vaccins réduisaient la transmission, mais que le vaccin Pfizer était le plus efficace pour le faire. Les contacts de ceux qui étaient complètement vaccinés avec le vaccin Pfizer étaient 65% moins susceptibles d’être testés positifs pour COVID-19 par rapport aux contacts de ceux qui n’étaient pas vaccinés. Les contacts de ceux complètement vaccinés avec le vaccin AstraZeneca, quant à eux, étaient 36% moins susceptibles d’être positifs par rapport aux contacts de ceux qui n’étaient pas vaccinés.

Comme pour les études précédentes, cette étude d’Oxford a révélé que les groupes vaccinés et non vaccinés avaient des niveaux similaires de virus dans leur corps, mais ceux qui ont été vaccinés étaient moins susceptibles de le transmettre à d’autres, ce qui suggère qu’ils éliminent le virus plus rapidement et sont plus susceptibles d’avoir moins de particules virales infectieuses.

Il est important de se rappeler que ceux qui sont vaccinés auront un système immunitaire amorcé qui reconnaîtra le coronavirus beaucoup plus rapidement et pourra en débarrasser leur corps plus rapidement que ceux qui ne sont pas vaccinés et dont le système immunitaire mettra du temps à réagir au virus.

Tout cela est une bonne nouvelle, mais il y a une mouche dans l’onguent. L’étude a également révélé que la protection offerte par les vaccins contre la transmission diminue avec le temps.

Trois mois après avoir reçu le vaccin AstraZeneca, ceux qui avaient des infections à percée étaient tout aussi susceptibles de propager la variante Delta que les non vaccinés. Alors que la protection contre la transmission a diminué chez les personnes qui avaient reçu le vaccin Pfizer, il y avait toujours un avantage par rapport aux personnes non vaccinées. Bien que cela semble décourageant, les vaccins offrent toujours une bonne protection contre les maladies graves.

Avec des vaccins de rappel bien en cours dans de nombreux pays développés, il est probable qu’ils contribueront également à réduire la transmission, et il reste à voir si leur protection contre la transmission diminue avec le temps.

Avec une richesse croissante de données suggérant que les vaccinations réduisent le risque de transmission du COVID-19 à ceux qui nous entourent, nous pourrions bien voir davantage de pays adopter des mesures plus strictes pour encourager les non vaccinés à se faire vacciner – non seulement pour eux-mêmes mais pour la population en général. . La vérité, c’est que ce sera une combinaison de vaccins et de mesures de santé publique qui nous sortiront de cette pandémie.

Rapport d’étape : Pourquoi certaines personnes ont des éruptions cutanées et des plaies sur les orteils

Le COVID-19 est un trouble multisystémique, ce qui signifie qu’il peut causer des problèmes dans presque toutes les parties du corps. L’un des symptômes signalés est une éruption cutanée qui se développe généralement sur les orteils dans les quatre semaines suivant le test positif pour le virus (PDF). Les orteils peuvent apparaître rouges, enflammés et même enflés. Pour beaucoup, l’éruption est indolore, mais pour certains, elle peut être atroce, affectant leur capacité à porter des chaussures et à marcher. Elle est plus fréquente chez les adolescents et les enfants que chez les adultes.

Jusqu’à récemment, la cause était inconnue. Mais maintenant, une équipe de scientifiques en France croient avoir découvert pourquoi le virus peut provoquer ces symptômes inhabituels. En examinant 50 cas d’« orteil COVID », les chercheurs ont pu montrer qu’il était causé par une réaction excessive du système immunitaire au virus.

Le système immunitaire des personnes affectées par le symptôme produisait des niveaux plus élevés d’anticorps qui ciblaient par erreur leurs propres cellules et tissus ainsi que le virus envahissant. L’éruption cutanée était due au fait que les cellules tapissant les minuscules vaisseaux sanguins des orteils étaient ciblées.

Les chercheurs espèrent que leurs découvertes aideront à ouvrir la voie à de meilleurs traitements pour les personnes touchées par la maladie.

Ils ont également déclaré que la présentation d’un « orteil COVID » était beaucoup plus rare après la vaccination.

Compte personnel : Ma nièce et mon neveu ont contracté COVID-19

Il y a trois semaines, j’ai reçu un appel de ma sœur me disant que ma nièce et mon neveu avaient été testés positifs pour COVID-19. Âgés respectivement de 11 et neuf ans, tous deux sont trop jeunes pour se qualifier pour les vaccins ici au Royaume-Uni. Ma sœur et son mari sont complètement vaccinés, alors je lui ai dit que même s’ils pouvaient encore contracter le virus, il est probable qu’ils ne souffriraient que de symptômes bénins. Sa principale préoccupation, cependant, était pour les enfants; alors que ma nièce était juste légèrement fatiguée et avait le nez bouché, les symptômes de mon neveu étaient plus importants.

[Jawahir Al-Naimi/Al Jazeera]

Mon neveu, Ben, est un enfant bien portant. Il a la chance de ne souffrir d’aucun problème de santé sous-jacent et se maintient en forme en jouant pour le club de football local. Mais il était rentré de l’école en larmes, se plaignant de maux de tête et de douleurs dans les jambes. Alors que ce dernier symptôme se dissipait, le mal de tête persistait et l’empêchait de dormir la nuit. Il était accablé par la fatigue et avait du mal à sortir du lit. Cela a duré une semaine et s’est accompagné d’appels téléphoniques frénétiques de ma sœur, me demandant s’il y avait quelque chose qui pouvait soulager sa détresse.

Je me sentais plutôt impuissant. Nous connaissions la cause de la maladie ; comme plusieurs autres enfants de sa classe, Ben avait été testé positif au COVID, mais comme sa respiration restait stable et que sa toux n’était que sèche, il y avait très peu d’intervention qui pouvait lui être proposée. S’il s’était présenté à l’hôpital, il aurait été renvoyé chez lui avec des conseils pour maintenir son apport hydrique et prendre du paracétamol jusqu’à ce que les choses s’améliorent.

Il a fallu près de deux semaines avant qu’il ne commence à se sentir mieux, et pendant ce temps, non seulement il manquait l’école et l’éducation vitale, mais il souffrait également. Cela m’a fait penser à tous les enfants qui contractaient le COVID à l’école et pour qui la maladie n’était pas bénigne.

Les écoles du Royaume-Uni ont supprimé toutes les restrictions dans le but de remettre l’éducation des enfants sur les rails après avoir manqué de gros morceaux d’enseignement interne au cours des 20 derniers mois. Mais d’énormes quantités d’enfants doivent maintenant passer à côté de leur éducation parce qu’ils ont contracté le COVID. Le gouvernement semble avoir jeté la prudence au vent : abandonner les masques pour les enfants plus âgés en Angleterre et ne pas veiller à ce que des purificateurs d’air et des filtres soient introduits dans les salles de classe pour réduire le risque de transmission par voie aérienne. Au lieu de cela, ils semblent s’en tenir aux mesures archaïques de lavage des mains et de distanciation sociale «dans la mesure du possible», et sinon croiser les doigts et espérer le meilleur.

Le message dominant des services de santé publique est que la grande majorité des enfants n’auront que des symptômes légers ou même aucun symptôme s’ils contractent COVID – mais la plupart des enfants ne signifie pas tous les enfants.

Heureusement, Ben va maintenant bien et ne semble pas avoir d’effets durables du virus. Mais tous les enfants n’ont pas cette chance ; selon statistiques nationales, 25 enfants (âgés de moins de 18 ans) sont décédés de COVID entre mars 2020 et février 2021 rien qu’en Angleterre, dont six n’avaient aucun problème de santé sous-jacent. Il y en aura d’autres qui souffrent du Long COVID.

À mon avis, pour garder les enfants à l’école, nous devons travailler pour assurer la sécurité des écoles. Des filtres à air doivent être adoptés pour nettoyer l’air circulant du virus, le port d’un masque pour les enfants plus âgés dans les espaces intérieurs communs est une mesure simple mais efficace, et bien sûr, lorsque les enfants sont éligibles, ils doivent être vaccinés.

Bonne nouvelle: l’EMA envisage le déploiement de la «pilule» antivirale COVID-19

Le géant pharmaceutique Merk a annoncé qu’un pilule antivirale il se développe peut réduire de moitié les hospitalisations et les décès parmi les personnes atteintes de COVID-19.

Les résultats de l’étude n’ont pas encore été examinés par des pairs, mais s’ils résistent à un examen minutieux, ce sera la première pilule antivirale orale pouvant être utilisée dans le traitement des personnes atteintes de COVID ; tous les autres doivent être administrés par injection intraveineuse. Cela signifie qu’il pourrait potentiellement être utilisé pour traiter les personnes infectées à domicile sans avoir besoin d’hospitalisation, jouant ainsi un rôle crucial pour éviter que les hôpitaux ne soient submergés, ainsi que pour donner de l’espoir aux pays en développement où la capacité hospitalière est limitée.

Le médicament actif de la pilule est le molnupiravir et il a été si efficace dans un essai de phase trois impliquant des personnes positives au COVID-19 à risque de maladie grave que les cliniciens ont mis fin à l’essai plus tôt.

Le molnupiravir a commencé sa vie comme traitement possible du virus de l’encéphalite équine vénézuélienne et a été développé à l’Université Emory à Atlanta. Mais lorsque la pandémie a frappé, elle a commencé à être testée sur des animaux infectés par le virus SARS-Cov-2 qui cause le COVID-19. Dans ces essais sur animaux, il a semblé arrêter non seulement la réplication virale, mais également la transmission virale.

[Jawahir Al-Naimi/Al Jazeera]

Il est entendu que l’Agence européenne des médicaments (EMA) examine les données concernant le médicament et tout problème de sécurité avant de prendre une décision dans les prochains jours quant à son déploiement ou non plus largement.

Question du lecteur : le vaccin COVID-19 affectera-t-il mes règles ?

Bien que cela ne soit pas répertorié comme un effet secondaire officiel, certaines femmes ont signalé des irrégularités dans leur cycle menstruel après avoir reçu un vaccin COVID-19.

Des essais ont montré que les vaccins n’affectent pas la fertilité, et les grossesses non planifiées ont été enregistrées au même taux dans les groupes vaccinés et non vaccinés.

L’Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) utilise un système de « carte jaune » pour que les cliniciens puissent rapporter et enregistrer effets secondaires que leurs patients ont rencontrés après avoir reçu les vaccins, et en septembre 2021, plus de 30 000 rapports d’irrégularités de période ont été enregistrés.

Le fait que les femmes qui avaient été vaccinées avec les vaccins à ARNm Pfizer et Moderna ou le vaccin AstraZeneca à vecteurs aient signalé cet effet secondaire potentiel suggère que ce ne sont pas les vaccins qui causent les irrégularités menstruelles mais la réponse immunitaire à celles-ci.

Bien que nous n’ayons pas encore découvert de lien direct entre les réponses immunitaires déclenchées par ces vaccins et les problèmes menstruels, il existe preuve que les règles peuvent être affectées par l’activité du système immunitaire.

Dans la plupart des cas, les femmes signalent que les problèmes menstruels sont résolus rapidement, généralement au cours de leur prochain cycle.

S’il existe un lien entre les vaccins et les problèmes menstruels, il doit faire l’objet d’une enquête de toute urgence pour éviter une nouvelle hésitation à la vaccination chez les femmes en âge de procréer, qui ont été ciblées par la désinformation sur les vaccins affectant leur fertilité. Dans le même temps, les cliniciens doivent savoir s’ils doivent rechercher des saignements vaginaux irréguliers pour d’autres causes ou chercher à rassurer les femmes si elles signalent ce symptôme après avoir reçu un vaccin.

En attendant, les femmes doivent signaler tout saignement vaginal irrégulier à leur médecin.





Source Link

Please follow and like us: